vendredi 16 novembre 2018



A c t u a l i t é s
mercredi 5 septembre 2018
Le Dimanche 02 Septembre 2018la communauté (...)

samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > TOUTE L’ANNEE > PÂQUES et TEMPS > HOMELIE DE MGR (...)

HOMELIE DE MGR EHOUZOU A LA VEILLEE PASCALE 2011

Homélie de la Messe de la nuit de Pâques.

En janvier dernier, j’étais à Jérusalem avec Mgr GANYE, le Nonce et plus de 200 Evêques et Cardinaux pour une semaine de retraite néo- catéchuménale. Nous avons eu la grâce de visiter entre autres endroits, deux hauts lieux de la foi : le Cénacle où Jésus institua l’Eucharistie et la Tombe où a lieu la Résurrection. Nombreux sont les Pèlerins venus au Tombeau pour voir et vénérer les lieux et l’endroit où on l’avait déposé. Je me suis mis à genoux à côté de Mgr GANYE. Nous avons avec tout l’amour de notre cœur d’Evêques et toute notre foi de chrétien embrassé longuement la pierre du Tombeau où reposa le corps du Christ. Mon anneau pastoral que voici et la croix pectorale de mon ordination épiscopale ont touché cette pierre ; et ce faisant, j’ai pensé à vous chers fils et filles de mon diocèse ; j’ai pensé à mes prêtres, à mes Religieuses, à tout le Peuple de Dieu. A la suite de Marie de Magdala et sa compagne, des générations de chrétiens défilent au Tombeau de Jésus, non plus avec crainte, mais pour se convaincre de ce qui fonde la foi que confessent tous ceux qui croient au Christ : « Il est ressuscité d’entre les morts le troisième jour, conformément aux Ecritures ». C’EST CELA NOTRE CREDO. Oui, chers frères et sœurs, nous devons le professer haut, partout et en tout lieu : oui, Il est ressuscité et Il est vivant, le Crucifié du vendredi-saint. On a tué son corps, mais Lui, Il a tué la mort. On a cru Lui ôter la vie, mais c’est Lui l’immortel qui nous a rendu la vie. On l’a plongé dans les ténèbres et Il en a fait surgir la lumière ! On l’a rayé de la terre des hommes et Il a rendu les hommes de la terre à l’espérance du Ciel. En cette nuit Sainte, nous entendons à nouveau résonner la voix du Verbe qui nous redit : « Je suis la Résurrection et la Vie » Jn 11, 16. Nous y croyons fermement, c’est pourquoi « nous ne cherchons plus parmi les morts, Celui qui est Vivant ! » Lc 24, 5. En ressuscitant, Il a ouvert une brèche de lumière dans le mur de nos ténèbres et définitivement libéré nos âmes de la crainte d’une mort éternelle. A nous qui sommeillons encore dans le tombeau de nos péché, dans le tombeau de nos haines, dans le tombeau de nos vengeances, dans le tombeau de nos refus de pardon à donner ou à recevoir, à tous ceux qui sommeillent encore dans le tombeau du péché, le Ressuscité tend sa main victorieuse en disant : « Eveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera. » « Nous tous qui avons été baptisés en Christ, nous rappelle Saint Paul en cette Nuit Sainte, c’est dans sa mort que nous avons été baptisés. » Rm 6, 3. En cette nuit de Pâques, chers fils et filles, nous le savons et nous le proclamons : « le mal et l’oppression sont dépassés par le triomphe de l’amour. Nos péchés sont plongés dans l’eau baptismale, et la mort elle-même, engloutie dans sa victoire, ne devient plus désormais qu’une entrée dans la vie. En cette Nuit de Pâques, les croyants chrétiens chantent leur délivrance et tous les peuples de la terre sont invités à partager l’espérance des vivants. Oui, la Résurrection est en marche et plus rien désormais ne pourra l’arrêter. Nous en avons pour preuve, cette Eglise, qui déjà vieille de plus de 20 siècles, reste aussi jeune partout dans le monde comme si elle n’avait que 20 ans ; même chez nous au Bénin, notre Eglise qui n’a que 150 ans d’existence manifeste, nous avons pu le constater, soit à Kétou avec les jeunes, comme à la Plage de Ouidah avec tous les pèlerins, sa vigueur encore juvénile et son espérance à toute épreuve. Cette espérance se trouve fortement inscrite en cette heure où, du plus profond de nos âmes, monte notre Alléluia au Dieu Vivant. Ne craignons donc pas de confesser à temps et à contre temps, notre foi indéfectible en Jésus Ressuscité à travers le quotidien de nos vies et nos engagements de tout genre. Le Ressuscité marche avec nous tous les jours sur le chemin, et notre propre résurrection est en route. Voilà l’espérance qui habite chaque chrétien. Quittons les œuvres de ténèbres qui nous retiennent dans nos tombeaux.

Jésus est vivant ! Alléluia !

Car le Christ est vraiment ressuscité Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !