lundi 23 octobre 2017



A c t u a l i t é s
samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)

mardi 26 septembre 2017
Créée en 1932, la communauté catholique de Zian, (...)

jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)


En vrac !
mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Homélie de l’administ

Homélie de l’administrateur apostolique à l’occasion des obsèques du Père Laurent SAH

Excellence, nosseigneurs archevêques et évêques,

Excellence messieurs les ministres,

Honorables députés,

Révérends Pères et Révérendes Sœurs,

Distingués membres de la famille SAH,

Chers frères et sœurs chrétiens,

Lorsque la nouvelle du décès de notre Révérend Père bien-aimé Laurent Sègla SAH m’a été donnée le 30 avril 2015, alors que j’étais encore dans la Ville Eternelle où s’achevait la visite « Ad limina apostolorum » de la Conférence Episcopale de notre pays, j’ai pensé à notre Eglise du Bénin et à notre diocèse qui était en train de perdre,ainsi, l’un de ses rares prêtres des années avant l’indépendance. J’ai prié, soutenu par nos Pères évêques et nous avons célébré pour le repos de son âme. C’est, pour moi, le lieu de dire à toute la Conférence Episcopale, ici présente ce matin, la gratitude de tout le presbyterium de Porto-Novo et de tous les fils et filles de notre Eglise diocésaine.

Très peu de fidèles connaissent encore l’illustre disparu, parce que Dieu lui a donné la grâce de vieillir. Il est né en 1925. Mais les membres de sa famille, les familles LOKO AYEOFE et SAH de Gbèzounkpa, les familles AKPLOGAN et ATONDE de Agbokomeyà Porto-Novo, ne se font pas raconter qui est le Père SAH. A chacun d’eux, je voudrais dire ici l’expression de nos profondes condoléances et l’assurance des prières de toute notre Eglise.

Le Père SAH est notre doyen à tous, ordonné le 1er Juin 1958, un an après notre bien-aimé Mgr Nestor ASSOGBA ; il aurait fêté,lundidernier, 57 ans de sacerdoce. Mais il était jusqu’au jour de son décès le plus âgé des prêtres vivants. En sa personne résidait encore le symbole accompli d’une formation au sacerdoce généreusement assurée par nos pères missionnaires. La qualité d’homme et de prêtre qu’il reflétait a tôt fait de convaincre ses supérieurs qu’il était destiné à l’éducation des jeunes. Aussi a-t-il été mis au service du Collège Notre-Dame de Lourdes de Porto-Novo comme enseignant avant d’être nommé, en 1962, Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique. Au moment de quitter cette fonction, en 1969, pour des études de Lettres modernes à Paris, il laissa une structure éducative profondément marquée de sa personnalité,ferme, assurée et engagée contre l’ignorance et la pauvreté humaines.

A son retour des études, le diocèse de Porto-Novo était déjà sous le gouvernement pastoral de Feu Monseigneur Mensah qui le nomma Vicaire économe à Adjohoun en 1973, puis cinq ans après, professeur au Séminaire Notre-Dame de Fatima à Parakou. S’il n’a pas été facile pour lui de s’arracher à ses projets personnels pour s’ouvrir à la nouvelle dimension de vie pastorale à travers la formation des futurs prêtres, il découvrit, plus tard, quec’est Dieu qui l’avait choisi comme prêtre qui l’attendait dans ce champ de culture des vocations. Là, son amour pour les séminaristes a permis aux connaissances qu’il leur donnait de s’enraciner pour qu’ils deviennent des prêtres selon le cœur de Jésus. Là, il apprit à aimer le diocèse de Parakou et devint Curé fondateur de St Joseph d’Alaga en Novembre 1983 puis 1erRecteur du Sanctuaire du Christ Rédempteur de l’homme.

A l’occasion de la célébration de son jubilé d’Or sacerdotal en Juin 2008, il exprima sa reconnaissance à tous ceux qui lui ont permis de vivre heureux à Parakou et d’être au milieu des fils et filles de cette ville un témoin de l’Evangile de Jésus-Christ.

Oui, témoin de l’Evangile du Christ ! Car c’est pour cela que nous sommes ordonnés prêtres. Evangile de la joie parce que Bonne nouvelle de l’amour : Amour que Dieu est, amour auquel Dieu appelle l’homme. « Écoute Israël ! Le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute âme, de tout ton esprit et de toute ta force. » Il faut le croire pour le vivre ; il faut accueillir un tel commandement pour qu’il soit, en nous, la source véritable du sacerdoce. Car le sacerdoce est essentiellement service et il n’existe pas de service de Dieu et des hommes sans l’amour de Dieu et l’amour du prochain… En effet, celui qui reçoit la grâce de l’ordination, reçoit un esprit de charité pour se dévouer avec amour au service des âmes. Il laisse retentir en lui l’exhortation de St Paul à Timothée : « Pour toi, homme de Dieu, poursuis la charité » (1Tim 6, 11).Le service doit parler et communiquer l’amour qui en est la source. La manière de servir du prêtre sera aussi riche et profonde que sa manière d’aimer. L’amour est le fondement et le moteur du service.

Dans le ministère sacerdotal du Père SAH, cette quête permanente de la charité s’est manifestée dans sa joie à servir et dans la douceur attirant de sa personne souvent mise à contribution pour apaiser bien des tensions… C’est cette même charité à l’œuvre dans son ministère qui lui a permis de vaincre bien des tentations.

Oui le prêtre doit vaincre Satan par l’amour de Dieu et du prochain : refuser toute tentation de ne pas cheminer à la suite du Christ qui nous invite à prendre, avec lui, la route pour Jérusalem….

« Voici que nous montons à Jérusalem ». Au-delà de la situation géographique, c’est le caractère théologique du lieu, de ce qui va y arriver que Jésus met en relief. Il souligne le drame de sa mort et de sa résurrection auquel il souhaite que ses disciples s’associent (« nous montons »…) pour nous enseigner que notre configuration à lui, Jésus, exigera toujours que « nous montions à Jérusalem » pour mourir, nous-aussi, comme le Christ, car, il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vaincre Satan par l’amour de Dieu et du prochain, c’est-à-dire refuser toute tentation de choisir, en ce monde, une place et, peut-être, dans le royaume, de siéger à la droite ou la gauche du Christ, dans sa gloire… Etre prêtre, c’est essentiellement être à l’image du« Fils de l’homme qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude ». Là est le vrai sens de notre mission auquel il nous faut toujours chercher à revenir malgré les incompréhensions qui sont quelque fois inévitables dans les intentions portées par les uns et les autres.

Le parcours sacerdotal du Père Laurent SAH donne de deviner un abandon de soi certain à la volonté de Dieu. Dans l’obéissance et le respect de l’autorité, il apprit lui-même à s’humilier et à mettre ce qui, légitimement, aurait pu être un titre d’orgueil, au service des plus pauvres et des futurs prêtres. Aujourd’hui lui rendent hommage ces foules immenses de chrétiens qu’il a baptisés, confessés, mariés, unis au Christ dans l’Eucharistie… tous ces prêtres qu’il a formés et qui poursuivent, à travers leur ministère, la mission en laquelle il a cru.

Au moment d’ensevelir ses précieux restes, je voudrais dire à Dieu la gratitude de notre diocèse pour le don du Père Sah. A la suite deses aînés, valeureux Pères Thomas MOULERO, Dominique ADEYEMI, Michel HOUNGBEDJI, Ignace FALY, Lazare SHANU, Antoine DOSSOU et Victor BADOU, son frère jumeau d’ordination, le Père Laurent Sègla SAH est resté, jusqu’à sa mort, fidèle à l’amour miséricordieux de Dieu qui ne cesse de nous régénérer à l’innocence du sacerdoce. Aux fidèles de Sainte Anne d’Attakè, sa paroisse d’origine, d’Adjohoun où il a servi durant cinq ans, aux chrétiens de Parakou venus nombreux aujourd’hui, et aux fidèles de cette Cathédrale où il a servipendant qu’il était au Collège Notre-Dame et depuis 2007 quand il a été nommé exorciste diocésain, à tous, je voudrais dire merci pour avoir aimé le Père Sah comme prêtre… Merci pour l’avoir soutenu de vos prières et visites au moment où physiquement il a commencé à faiblir. Merci à tous ceux qui ont exprimé à notre diocèse et à moi-même l’expression émue de leurs condoléances. Merci à notre cher Père Monseigneur Marcel Honorat AGBOTON qui, actuellement célèbre l’Eucharistie, en suffrage pour le repos de l’âme du Père SAH.

Puissions-nous, après notre marche dans les vallées de larmes, retrouver, grâce à l’amour miséricordieux du Christ, tous nos frères et sœurs que nous aimons et qui nous ont précédés dans la Maison du Père.

Que la Bienheureuse Vierge Marie, Mère et Avocate, intercède auprès de son Fils pour notre frère et notre Père Laurent SAH afin qu’il entre dans la joie et la paix de celui en qui il a cru et au nom de qui il a aimé et servi ses frères et sœurs. Amen !

Père Jean Benoît GNAMBODE, p.s.s.,

Administrateur Apostolique du diocèse de Porto-Novo