jeudi 24 mai 2018



A c t u a l i t é s
dimanche 20 mai 2018
La paroisse Saint Antoine de Padoue d’Ekpè a (...)

mardi 15 mai 2018
Réunis autour de son Excellence Mgr Aristide (...)

mardi 24 avril 2018
"Tous unis ! Tous frères ! Toutes unies ! (...)

vendredi 6 avril 2018
« Gaudete et exsultate », « Réjouissez-vous et (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > RETRAITE SACERDOTALE

RETRAITE SACERDOTALE DU PRESBYTERIUM DE PORTO-NOVO AU THABOR DE SEGBOHOUE

Dans la Puissance du Saint Esprit, le presbyterium du diocèse de Porto-Novo, s’est retiré au Foyer de Charité Marie Reine de la Paix de Sègbohouè, du 14 au 18 Mars 2011, pour vivre une retraite les préparant aux solennités pascales, et ceci dans le cadre de l’an jubilaire des 150 ans. Ce sera pour la deuxième fois que cette démarche de foi aura été vécue par ce clergé.

L’année dernière, en effet, du 1er au 05 Mars, dans le cadre de l’année sacerdotale, le presbyterium du diocèse, au nombre de 103, s’étaient rendus au même endroit pour se ressourcer spirituellement, moralement et humainement par la retraite prêchée par le Père Louis MENVIELLE, en service à la Congrégation pour le Clergé à Rome.

C’est dans cette même dynamique que, cette année, le presbyterium du diocèse s’est retiré de ses habituelles tâches et labeurs quotidiennes sur leurs différents champs d’apostolat, pour se refaire et se nourrir à nouveau.

Cette année, il est revenu au Révérend Père Louis HONDOKODO, Supérieur et Fondateur du Centre de Spiritualité de LANTA, dans le diocèse de Lokossa, de nous aider à vivre ce temps au désert réconfortant.

JPEG - 49.1 ko
Le prédicateur : Père Louis HONDOCODO

Lundi 14 Mars

19h30 : rassemblement à la chapelle : le mot de bienvenue est prononcé par le Père Georges OLOUDE, Vicaire épiscopal chargé du Clergé. Après les Vêpres récitées dans une ambiance de retrouvailles et de recueillement et les premières recommandations données, nous passâmes au dîner. A 21H00, nous avons eu la joie d’entrer de plein pied dans notre retraite avec le mot d’ouverture du Prédicateur. Ce dernier nous présenta le thème principal qui s’intitule comme suit : Des Pères pour l’Incarnation du Verbe en Afrique : un combat de la foi. Avant d’aller pour le repos de la nuit, l’Evêque nous adressa quelques mots d’encouragement.

Nous sommes le mardi 15 mars. Ce 2ème jour, fut meublé par des heures de méditations personnelles ou communautaires, d’entretiens, de la célébration eucharistique et du chemin de Croix.

JPEG - 31.6 ko
Le chemin de croix

.

En effet, dans le premier entretien, il s’est agi pour le Père Prédicateur de nous présenter l’AVENT AFRICAIN dans l’introduction à son exposé. C’est en partant de la contemplation de la Vierge Marie enceinte du Verbe de Dieu qu’a jailli l’intuition de base qui a fondé ses méditations. Mais avant, il parlera de l’Avent de l’éternité de Dieu dans lequel le Père engendre éternellement le Fils dans l’Esprit. De son amour plénier, Dieu, enceinte de l’homme, constitua le merveilleux trousseau nécessaire pour sa naissance et dans ce temps de l’Avent de la Création, c’est le Verbe Eternel du Père qui se trouve être la matrice dans laquelle tout advient.

Et c’est l’Esprit de Dieu qui couvrit Marie de son ombre et qui couvre l’univers de cette même ombre, l’univers désormais enceinte et porteur du Verbe de Dieu pour la naissance des Fils et Filles de Dieu. Ce temps de l’Avent de la Rédemption et de l’Assomption de toutes les cultures du monde, nous laisse comprendre que c’est la fécondité de l’Esprit qui s’exerce dans la création de l’univers par le Logos, le Verbe de Dieu. Ainsi, à l’origine de toute fécondité et de toute gestation spirituelle se trouve le Saint Esprit de Dieu.

JPEG - 25.8 ko
Célébration eucharistique
JPEG - 25.8 ko
A la célébration eucharistique
JPEG - 24.3 ko
A la célébration eucharistique

L’AVENT AFRICAIN s’inscrit dans le sillage de l’Avent de la Nouvelle Jérusalem. Il s’agit de la Rédemption et de l’orientation culturelle africaine dans l’unique Eglise apostolique pour une Pentecôte effective de l’Afrique en vue de sa nouvelle naissance qui suppose des fils et filles africains ouverts à l’Esprit à la manière de Marie pour une SPIRITUALITE DE GESTATION. Il faut donc une effusion de l’Esprit sur l’inconscient culturel africain pour la totale reddition de toutes les réalités culturelles africaines au Christ, héritier des nations.

JPEG - 23.2 ko
A la célébration eucharistique
JPEG - 21.4 ko
A la célébration eucharistique
JPEG - 23.2 ko
A la célébration eucharistique

MARIE ET LE MYSTERE DE LA GESTATION

Le 2ème entretien nous montre qu’en face du mystère de la gestation, Marie apparaît comme un modèle par sa pauvreté et son humilité à cause de son FIAT. A ce niveau, le prédicateur nous a invités à contempler deux mystères fondamentaux dans la vie de Marie : l’Annonciation et la Visitation. Ces deux mystères ont enrichi le mystère de la gestation.

-# L’Annonciation. Le mystère de l’Annonciation est l’affirmation que Dieu a créé l’homme par amour et il n’y a de liberté pour l’homme qu’en agissant par amour. Ainsi, par son Fiat, Marie accepte de tomber enceinte, le fiat constituant par ce fait même l’acte conjugal.

JPEG - 23.4 ko
JPEG - 23.2 ko
Vue partielle des concélébrants

-# La Visitation. Par la visitation, Marie accomplit la vocation ou la mission de toute âme enceinte de Dieu. L’âme qui porte Dieu en elle par un fiat à la manière de Marie, ne peut plus rester dans une vie tranquille et égoïste. Il faut qu’elle sorte d’elle-même pour un ailleurs. Dans le Magnificat, Marie renvoie la gloire qui lui revient à Dieu. De même, le Prêtre se doit de retourner à Dieu les honneurs qu’il reçoit par son sacerdoce.

La Spiritualité de Père et Mère de l’Eglise

L’Eglise en Afrique a besoin des hommes nouveaux pour un monde nouveau, des âmes prêtes à donner à Dieu leur Fiat inconditionnel en se laissant féconder par l’Esprit pour qu’en eux le verbe se fasse chair et habite parmi nous en Afrique et en Africain mais aussi en témoin d’un monde nouveau, d’une Afrique nouvelle. Cette mission exige des Ames consacrées qui ont un cœur paternel et maternel qui reconnaisse dans la Culture africaine les Semences du Verbe appelées à être assumées, Dieu étant présent dans toute culture pour sauver l’homme. L’évangélisation de l’Afrique requiert une ambiance de dialogue. Ce qui suppose que l’évangélisateur écoute affectueusement l’Afrique pour mieux la connaître afin de mieux l’évangéliser.

Jeudi 17 Mars 2011 : le 4ème jour.

Ce jour, nous avons commencé la 2ème partie du thème. Il s’intitule : Un combat spirituel, subdivisé en deux : d’une part le combat de la foi et de l’autre l’ascèse et la prière.

  • Le Combat de la foi : Pour une spiritualité de Père et de Mère de l’Eglise africaine, il faut le combat de la foi. Il s’agit de fuir le monde et ses séductions, de rechercher la justice, la piété, la foi, l’amour, la persévérance et la douceur ; en un mot, les fruits du Saint Esprit, signes de l’avènement du Royaume. Aujourd’hui, en Afrique, nous sommes pour la plupart des églises locales qui sont âgées de moins de deux siècles. Nous vivons donc la période patristique africaine.

L’urgence du combat de la foi exige des pères et mères une connaissance approfondie de leurs cultures et un zèle apostolique qui feraient d’eux des martyrs, c’est-à-dire des gens prêts à mourir pour le Christ plutôt que de renier leur foi. « Pour toi, homme de Dieu, combat le beau combat de la foi, conquiers la vie éternelle à laquelle Dieu t’a appelée ». Cet appel est désormais une urgence pour toi homme de Dieu africain, prêtre béninois, togolais, etc.… il s’agira pour chacun de se laisser incarner par le Christ comme en Marie. Ainsi, le meilleur cadeau que tu peux faire faire au monde, à ton pays, à ton Eglise, c’est la qualité de ta vie de sainteté avec le Christ. Transformons l’Afrique en terre d’invasion du Saint-Esprit pour qu’il la féconde et en fasse naître le Verbe africain.

  • Ascèse et prière : Le combat de la foi ne se fera pas sans ascèse et sans prière. Tout comme la femme enceinte, suit les interdits alimentaires pour un accouchement heureux, le Père de l’Eglise africaine est appelé à une vie ascétique vécue dans une spiritualité de l’incarnation. Cette ascèse ne consiste pas seulement à fuir le monde et ses séductions, mais surtout en une lutte intérieure pour débarrasser l’ivraie de nos cœurs. Dans ce combat, nous ne devons pas craindre les échecs ; car c’est à la suite des échecs que nous nous rendrons compte de notre faiblesse. Cela suppose que nous cultivions l’humilité pour bénéficier de la grâce afin de pouvoir braver la nuit de l’âme. A cet effet, la prière insistante est le cri de cœur de l’homme qui, dans sa misère, a besoin de Dieu. Elle se révèle comme une âme efficace capable de combler une Afrique enceinte qui attend sa délivrance.

La dernière célébration eucharistique a revêtu un cachet spécial pour les participants à la retraite. Plus ample, plus développée, elle a permis de vivre toutes les dimensions de la prière chrétienne. Des pères pour l’Incarnation du Verbe en Afrique : un combat de la foi. Comme annoncé au départ, cette retraite aura sans doute permis à chacun de savoir que, Jésus voudrait encore se servir des hommes et des femmes pour prendre corps en terre africaine aujourd’hui comme jadis en Marie en terre palestinienne. Il faut se laisser entièrement au bon vouloir du Créateur et du sauveur pour que par l’Esprit, advienne une Afrique nouvelle dont les cultures seront assumées pour le salut et le meilleur devenir de l’humanité entière qui doit être riche de toutes les cultures, et pour la gloire du Dieu Trinité Unique et Indivisible.

JPEG - 57.5 ko
Vue d’ensemble des participants

JPEG - 24.5 ko
Merci

L’Equipe du secrétariat