mercredi 19 septembre 2018



A c t u a l i t é s
mercredi 5 septembre 2018
Le Dimanche 02 Septembre 2018la communauté (...)

samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > SIXIEME SESSION (...)

SIXIEME SESSION REGIONALE DES DIRECTEURS NATIONAUX DES OPM DE L’AFRIQUE FRANCOPHONE

Après la messe d’ouverture et la 1ère journée de la session, les travaux se poursuivent et vont bon train les jours suivants.

Ainsi, le mercredi 09 février qui est la troisième journée de la 6ème Session régionale des directeurs nationaux des OPM (Œuvres Pontificales Missionnaires) de l’Afrique Francophone, est consacrée à deux conférences. Dans la matinée après la messe avec offices intégrés aux intentions des défunts de la famille des OPM, le Père Julien PENOUKOU, Aumônier des Cadres et des Personnalités politiques a concassé aux participants le terme retenu pour ces journées : La Fraternité Evangélique : clef de la solidarité entre les pasteurs, les religieux pour la réussite de l’animation missionnaire. En effet la Sainte Trinité est le fondement de la vie fraternelle. Le Christ qui en est le modèle est venu nous révélé le Saint amoureux des Personnes divines en nous donnant sa Vie. Il instaure un autre type de rapport (rapport Dieu-homme, homme-Dieu, homme-homme) En partant du texte de la Création, il montre quatre caractéristiques qui révèlent l’originalité de cette relation :

  1. Dieu est l’origine de la vie ;
  2. Dieu dans la relation d’amour (mâle et femelle) ;
  3. Dieu crée dans une relation d’union et de communion ;
  4. Dieu crée dans une relation d’amour différencié.

Désormais, la vie fraternelle devient une exigence pour nous tous car elle est le signe de notre identité (disciple du christ). Les apports et les réponses aux différentes questions agitées, ont beaucoup contribué à appréhender la nécessité de la fraternité qui doit se concrétiser par la solidarité entres les prêtres et les religieux pour la réussite de l’animation missionnaire. La satisfaction de tous les participants était visible. Les travaux en carrefour ont permis à chacun, de saisir l’urgence d’être solidaire pour la transmission de la mission, et pour mieux conduire les troupeaux que Dieu dans sa magnanimité a confié aux pasteurs et aux religieux.

JPEG - 76.3 ko
Le Nonce et Mgr Vieira entourés des concélébrants à la fin de la messe d’ouverture

Dans l’après midi, après un repos mérité, les participants se sont réunis au tour du père Nicolas HAZOUNME, recteur au grand séminaire Saint Paul de Djimè. Il s’est épanché sur le sous-theme « la solidarité et l’esprit missionnaire ». Après avoir parlé de la culture de solidarité en Afrique, il a mis l’accent sur les différentes limites de cette solidarité : régionalisme, ethnocentrisme, parasitisme. En s’appuyant sur les documents conciliaires et le magistère, le conférencier a fait ressortir les différents points d’encrage de la solidarité, expression de la fraternité évangélique vécue. La concrétisation ou l’exercice de la solidarité passe par la relation entre Prêtre-Evêque, relation Prêtre- Prêtre, relation Prêtre-Laïc. L’importance de la conférence épiscopale pour penser l’inculturation, la mission ad-intra, la subsistance des prêtres et l’auto prise en charge révèlent à plus d’un titre que la question de la solidarité demeure la préoccupation de nos Eglises particulières. La solidarité entre les pasteurs et les religieux passe aussi par la bonne gestion des biens de l’Eglise. A la remontée des carrefours les participants se sont convaincus des nombreux défis qui doivent être relevés pour mieux vivre leur vocation de prêtre et de religieux. Les divers apports des participants, de son Excellence Mgr Paul VIEIRA (Evêque de Djougou), et de l’Evêque de Kandi son Excellence Mgr Clet FELIHO viennent pour éclairer plus d’un sur l’urgence de la fraternité évangélique et la nécessité d’être solidaire pour mieux réussir l’animation missionnaire. C’est à travers les vêpres que les participants au nom de tous les missionnaires ont surtout demandé pardon en Seigneur de n’avoir pas bien vécu la fraternité évangélique et la solidarité missionnaire. Tout n’est pas négatif. Il y a beaucoup d’éléments positifs qui témoignent de la réelle fraternité entre prêtres et religieux. Néanmoins des efforts restent à faire.

Ce quatrième jour peut-être appelé : journée touristique. Après l’Eucharistie célébrée pour la paix et la justice, les directeurs nationaux et diocésains ont pris la route de Ouidah, pour visiter la Porte du Non Retour et le Grand Séminaire Saint Gall. A la plage, les touristes ont vu de leurs yeux ce qu’ils lisaient dans les livres historiques. Ils ont suivi l’itinéraire des esclaves jusqu’au lieu d’embarquement. Triste relecture qui n’a laissé personne indifférent, car c’est notre histoire, l’histoire de Danhomè (ancienne appellation de la République du Bénin), l’histoire de l’Afrique. De cette histoire de l’esclavage, ils sont passés à la relecture de l’histoire du salut du peuple Danhomè : l’arrivée des missionnaires pour l’évangélisation du peuple béninois. L’itinéraire des missionnaires est plus qu’un chemin de croix pour la libération de ce vaillant peuple. Après avoir touché du bout des doigts ces réalités rédemptrices tous les touristes sont convaincus de l’urgence de se mettre ensemble pour continuer la mission des nos pères missionnaires. Parlant de Ouidah et des missionnaires, les pères ne pouvaient ne pas se rendre à Saint Gall, ce haut lieu de la formation à l’esprit missionnaire. Le premier acte significatif et de reconnaissance de la délégation fut leur recueillement devant la tombe du Cardinale Bernardin GANTIN, le grand missionnaire du siècle reconnu par le monde entier. A la grande salle des rencontres, devant les pères formateurs et les séminaristes déjà avertis de leur arrivée, le père Recteur Didier GNITONA n’a pas caché sa joie d’accueillir la délégation des directeurs nationaux et diocésains des OPM de l’Afrique Francophone. A sa suite, le Père Jacques AGOSSOU, directeur national des OPM-Bénin et représentant des directions nationales des OPM de l’Afrique Francophone a remercié les pères formateurs et les séminaristes pour leur accueil. Particulièrement, il a félicité le Père Dorothée AMAHOUZO son prédécesseur. Après ces mots de reconnaissance, il a procédé à la présentation des directeurs pays par pays et diocèse par diocèse. Prenant la Parole, Mlle Jeanne Baptistine RALAMBOARISON, Secrétaire Générale des Œuvres Pontificales de l’Enfance Missionnaire venue de Rome, n’a pas hésité à exhorter les séminaristes à profiter de leur formation pour être les vrais animateurs des OPM. Le père Benoit-Efoevi PENOUKOU a présenté aux séminaristes les quatre grandes œuvres pontificales missionnaires. Il a surtout invité les séminaristes à vivre dès leur formation la solidarité effective, fondement de la fraternité évangélique. Le père Jacques, à la suite de cette intervention a repris la parole pour une brève présentation de la problématique du thème qui a fait l’objet de nos travaux de réflexion. A la fin, les préoccupations des séminaristes ont trouvé satisfaction. C’est l’occasion de leur faire comprendre la nécessité d’être les acteurs des OPM et que tous les mouvements d’enfants de nos paroisses appartiennent tous à la grande famille de l’Enfance Missionnaire. La fin de cette rencontre a conduit et délégation et séminaristes sans oublier les pères formateurs au lieu de la restauration pour y refaire la force avant de prendre la route de Cotonou.

Père Georges GAYET